La Lettre de Jean Vanier est envoyée à environ tous les 3 mois. L’Association Jean Vanier est responsable des listes d’abonnés et ne partage pas les informations relatives aux abonnements avec de tierces parties. Seuls les champs Courriel et Langue sont exigés. Les autres renseignements nous aideraient à personnaliser le contenu et à éviter les entrées doubles.

Désirez-vous recevoir par courriel un résumé des actualités autour de JeanVanier et de son impact dans le monde? Ce bulletin mensuel sera lancé à lautomne 2018.

Lettres de Jean

Jean rit aux éclats devant son gâteau de fête

90 ans ! Mon Dieu comme j’ai de la peine à y croire. J’ai un tel désir de crier ma gratitude ! Tout d’abord envers Dieu qui est à la source de ma vie. Je suis un pauvre petit enfant de Dieu depuis le premier instant de ma vie, secret et caché dans le sein de ma maman. C’était le moment de mon innocence primale avant toutes mes réactions de peur, d’agressivité et surtout de culpabilité, qui naissent quand cette innocence primale est blessée.

Quelques fleurs au sol

Dans mes lettres précédentes je vous ai souvent partagé mon émerveillement pour les oiseaux, cette fois je vais vous parler des fleurs. Début mai, il y a du soleil, il fait beau. Je marche chaque jour dans mon petit jardin, les yeux tournés vers le bas car je dois faire attention où je marche, alors je vois les primevères. Il y en avait déjà en décembre, mais maintenant c’est une vraie floraison de primevères. Imaginez-vous toutes les couleurs de l’arc en ciel.

Jean en bonne compagnie

Depuis le 10 novembre, je suis de retour dans ma petite maison située à côté de La Ferme et de la chapelle de la communauté de L’Arche à Trosly. Je vous avoue que je suis heureux, ma vie est tranquille et physiquement je vais bien, malgré une grande fatigue. Comme mon cœur demeure très fragile, j’attends qu’il se fortifie.

Maison diocésaine

Le vendredi 13 octobre, j’ai vécu une crise cardiaque et on m’a emmené rapidement aux urgences dans une ambulance dont la sirène dégageait la route vers l’hôpital de Compiègne. Des examens ont montré que l’artère principale qui nourrit le cœur était bouchée. Cela a nécessité l’intervention d’un chirurgien qui a posé un stent dans l’artère bouchée. Après l’intervention, une grande fatigue. Il faut un repos sérieux. C’est ainsi qu’on m’a conduit dans un lieu de repos exceptionnel !

Jean au monastère d'Orval

Je suis de retour au monastère d’Orval où je viens au mois d’août depuis maintenant 32 ans. Les hirondelles sont toujours à l’œuvre, chantant, volant et criant leur joie de vivre. Chaque année, elles arrivent d’Afrique au printemps, et repartent à l’automne en ayant fait leurs nids et leurs petits dans les murs du monastère. Je vous avoue que je suis heureux ici, je rends grâce pour ce lieu de paix où règne un silence léger et épais malgré de nombreux hôtes qui viennent s’y reposer.

Une marche au bord de la mer

Nous voilà en chemin vers Pâques, la fête d’une nouvelle naissance. C’est aussi le printemps, mais n’oublions pas que dans l’hémisphère sud, c’est l’hiver qui se prépare. Ici à Trosly, quelle joie de voir apparaître les pâquerettes, les primevères, les feuilles des arbres d’un vert si doux et si clair, et les oiseaux qui commencent à chanter.

Jeunes à Taizé
Fin juillet, dès la retraite sur « Être artisan de Paix » terminée, je suis parti pour un bon moment de repos au monastère d’Orval où je passe mes vacances depuis presque 30 ans. Un temps bien reposant, avec des marches dans la forêt et surtout, des temps pour rester près de Jésus dont l’office des moines qui me fait toujours du bien.
Une marche dans la rue

On me dit souvent qu’en vieillissant le temps semble passer plus vite. Je vous le confirme ! À peine ai-je découvert que nous étions le 1er avril que je réalise que nous approchons déjà de la fin du mois. Où est passé ce temps ? J’ai du mal à croire que j’ai déjà 87 ans. Je suis en bonne santé et ma tête fonctionne bien malgré quelques trous quand je cherche les mots ! Mes jambes ont besoin d’une demi-heure à une heure d’exercice chaque jour.

Décoration d'arbre de Noël

Mi-décembre j’étais à Bethléem. C’était une joie immense de retrouver notre communauté qui a bien grandi depuis ma dernière visite, il y a trois ans. Joie de retrouver Kathy, Mahera, Amira, Haythem, Sara, chacun et chacune. La communauté se situe maintenant dans une grande maison tout près de la basilique de la Nativité. Une belle communauté, explosant de joie, malgré la situation du pays qui reste très difficile. Je sentais combien ils sont heureux d’être ensemble, musulmans et chrétiens.

Jean à l'abbaye
Voici arrivé le temps de mon séjour annuel à l’abbaye d’Orval (Belgique) : le chant des moines m’apaise et m’élève vers les cieux qui sont en eux et en moi; je retrouve les hirondelles venues d’Afrique dansant et plongeant dans le bassin devant l’église, des temps de prière renouvelées : un vide heureux avec beaucoup de repos et une reconnaissance envers Dieu; des marches dans la forêt avec mes jambes parfois un peu titubantes…
Image de la rencontre à Paris

Je voudrais commencer cette lettre en te disant un très grand merci !

Vous avez été si nombreux à m’écrire pour mon anniversaire, et aussi pour me souhaiter beaucoup de joie et de paix à l’occasion des 50 ans de L’Arche, de la naissance de Jésus à Noël et de la nouvelle année. Hélas je n’arrive pas à vous répondre individuellement mais je voudrais par cette lettre, même si c’est une lettre circulaire, m’adresser de manière personnelle à chacun.

Thérèse et Benedict

Chers amis, vous êtes si nombreux à m’avoir écrit au moment de la mort de mon frère Bénédict et, un mois plus tard, au moment de celle de ma sœur Thérèse. Merci, merci pour tout votre amour, votre bonté et votre compassion. Ce qui m’a touché c’est l’immensité de notre famille répandue à travers le monde.

Jean Vanier et le pape François
Dans un monde où il y a tant de souffrances,
je voudrais vivre chaque jour,
oui chaque jour,
en disant merci,
merci à Dieu car la vie est si belle.
Jean Vanier sur la plage à Berck
Voici la lettre que j’ai adressée à tous les amis chrétiens du Moyen-Orient à la demande du journal catholique La Croix. Nous, en France, nous vivons Noël dans la paix, mais il y a tous ceux qui vivent Noël dans la souffrance et la guerre. Je vous transmets cette lettre pour que nous puissions prier ensemble les uns pour les autres.
Jean avec Foi et Lumière
Odile m’a conduit à Orval. Quand nous sommes arrivés, les hirondelles n’étaient pas là. Je suppose qu’elles attendaient un peu d’air chaud quelque part entre l’Afrique et ici. Et puis, sans prévenir, elles sont arrivées en trombe… et les voilà qui dansent autour du clocher, tourbillonnent dans les airs, plongent vers l’étang, puisent au passage un peu d’eau pour se rafraichir et repartent tout droit vers le ciel, filant à toute allure en sifflant et se cognant presque les unes aux autres.
Arbres en fleur
Vous ne le croirez pas et pourtant je suis à Berck plage pour trois jours pleins de vacances. Odile m’a conduit ici, à 200 km de Trosly. Les Petites Sœurs de Jésus ont trouvé une petite maison tout près de leur fraternité, tout près de la mer et des grandes plages de Berck.
Crèche
Noël, c’est la fête de la naissance d’une espérance. Noël est une lumière au fond de longs tunnels. Les anges à Bethléem il y a 2000 ans annonçaient une grande nouvelle, une joie pour tout le peuple : la naissance d’un sauveur, Jésus dont le nom signifie « Dieu sauve ».
Pèlerinage de Foi et Lumière
Une année se termine, une année commence. Le mois d’août est entre les deux. Il est pour Dieu. Il est fait de prière, de lectures, de repos, de marches en forêt. Cela ne veut pas dire que les autres mois ne sont pas pour Dieu. Ils le sont, mais d’une manière différente : pour Le retrouver dans les autres et dans des rencontres quotidiennes avec les personnes avec lesquelles je vis maintenant depuis 48 ans.