Pareil pas pareil



7 personnes vivant une déficience intellectuelle prennent la parole

M’Arche des 50 ans (Paris)

A l’occasion de la M’Arche des 50 ans de fraternité de l’Arche (Paris), Jean Vanier nous partageait:

Quand j'ai commencé L'Arche, j’ai réalisé que les personnes avec une déficience intellectuelle étaient cachées, enfermées, mises de côté, humiliées. Elles n’étaient pas reconnues comme des êtres humains. Aujourd'hui il y a peut-être un peu de progrès cependant il y a encore beaucoup de ces hommes et de ces femmes qui sont mis de côté et enfermés sans qu'ils puissent grandir humainement et trouver leur place véritable dans la société. Malheureusement certains sont même tués avant leur naissance.

Ces hommes et ces femmes ont surtout besoin d'être reconnus comme des êtres importants car chacun a quelque chose à apporter à la société. Ils peuvent tous nous apprendre ce qu'est la vraie fraternité, la simplicité, la relation gratuite, l'accueil dans la bonté. Ils ont un pouvoir de transformer ceux et celles qui acceptent d'entrer en relation avec eux.

Pareil pas pareil

Entrer en relation avec eux c’est ce que nous propose la vidéo «Pareil pas Pareil», elle nous offre de rencontrer 7 personnes vivant la déficience intellectuelle qui prennent la parole et s’expriment en toute franchise, répondant aux questions que tout le monde se pose sur la «différence» et la «normalité», sur les défis de la vie avec un handicap et le désir de vivre comme tous, sur le besoin de se sentir utile et la volonté d'apprendre, et enfin sur l'importance d'aimer.
(Des sous-titres en français, en anglais et en espagnol sont accessibles en cliquant le symbole cc en bas à droite sur la fenêtre vidéo)

Ces témoignages pleins de sagesse et de profondeur transforment notre regard et nous invitent à nous découvrir tous humains. Merci David, Gisèle, Emmanuel, Marie-Josée, Paul, Marie-Pierre et Vincent pour vos réflexions, votre sens de l’humour, votre spontanéité et votre sagesse! J’espère que nous serons nombreux à saisir l’occasion d’entrer en dialogue avec vous sur la «différence» et la «normalité» grâce au site pareilpaspareil-enpartage.

L’histoire du tournage

Patrice Paradis, Directeur de la communauté de L’Arche Mauricie à Trois-Rivières, nous introduit à l’esprit du tournage de la vidéo:

Il y a longtemps qu’on aurait dû le faire. La pudeur, la peur de blesser? Je l’ignore. Leur demander quoi? Qui ils sont. Ce qu’ils veulent. Leur donner l’espace pour affirmer leur foi en eux-mêmes, leur plaisir de vivre. C’est bien peu en regard de la dette que nous avons envers eux. La dette du pardon qu’ils nous font chaque fois qu’on leur baragouine qu’ils sont différents.
De la profondeur, ils en ont à redonner. Ça n’a rien à voir avec la mesure de notre intelligence. La profondeur ça se gagne dans l’expérience chèrement gagnée. Et ça personne ne peut oser prétendre qu’ils n’ont pas expérimenté.

Quand on a parlé à Gisèle de participer à ce film, tout de suite une étincelle est passée dans son regard. D’entrée, Gisèle ne paraît pas très vive. Sa parole est lente, tremblante et ses pieds traînent lorsqu’elle marche. On a souvent l’impression que son attention est retenue dans une sorte de brume qu’elle seule perçoit.
Mais Gisèle ne laisse pas voir tout ce qui pétille dans sa tête. Gisèle est allumée. Elle a soif de vie, elle a envie de rencontres et a un grand besoin de s’exprimer. Il lui faut juste l’occasion pour s’échauffer, quelqu’un pour entrouvrir ses murs et commencer à discerner toute la beauté de cette femme passionnée.

Nous avons dû limiter les témoignages à sept personnes, mais des centaines d’autres attendent leur tour. Des gens sans voix et sans renommée. Notre travail est de leur donner, un court instant, un peu d’éclat, un semblant de notoriété. Pour que des Paul, Marie-Josée, ou Emmanuel puissent dire ce que personne d’autre n’arrive à raconter aussi franchement et simplement. Pour que des Marie-Pierre, Vincent ou David nous impressionnent encore sans avoir réellement besoin d’ouvrir la bouche.

C’est magique ce don. C’est la candeur qu’on attribue aux enfants en ajoutant l’expérience. Ce film est là pour entendre cette beauté dans des mots un peu mal prononcés, des silences, des bruits, des rires…
Nous vous souhaitons cette rencontre, pour apprécier cette différence dont on fait un peu trop de cas. Pour que ce soit aussi une occasion d’apprivoiser la vôtre et se sentir pareils, tous humains, tous fragiles et tous forts quand on est ensemble.