Laetitia
Nouméa, Nouvelle-Calédonie

Lorsque notre quatrième enfant a vu le jour et que nous avons appris qu'il ne serait pas "comme les autres", nous avons d'abord été comme recouverts d'une chape de plomb...puis, dans mes prières de mère, je disais mon angoisse profonde d'un avenir où mon fils aurait à vivre sans moi, sans son papa, alors qu'il serait toujours peut-être dépendant. Je n'ai trouvé la paix qu'en trouvant l'Arche, en trouvant Jean Vanier. Je me suis dit: "tu pourras mourir en paix puisque l'Arche existe pour Benuel".

Merci Jean; merci L'Arche pour cette paix retrouvée !